Processus de transition numérique de 11 villes africaines : l’équipe de coordination communale du projet ASToN à Sèmè-podji renforce ses capacités en informatique.

0
41

La salle de la délibération de la mairie de Sèmè-Podji a servi de cadre, jeudi 1er Septembre 2022, aux activités entrant dans le cadre d’un atelier de renforcement des capacités informatiques des membres de l’équipe Communale du projet ASToN. Ce programme (ASToN) financé par l’Agence Française de Développement (AFD) est un réseau de 11 villes africaines dont Sèmè-podji qui souhaite utiliser les outils numériques pour relever les défis locaux et mondiaux.

Dans l’exécution du plan d’actions du projet ASToN, un programme géré par l’Agence Nationale Française de Rénovation Urbaine (ANRU), l’équipe dudit projet  au sein de la commune de Sèmè-Podji au Bénin déroule convenablement les différentes activités. Celle en date du 1er septembre 2022, l’étape 3, est consacrée à l’expérimentation. Une phase qui permettra d’avoir la solution aux problèmes. Et c’est ce qui justifie le renforcement des capacités de ses membres, ainsi que quelques chefs services de la mairie où Jonas Gbènamèto est la première autorité dans l’utilisation de l’outil information dans l’exécution des tâches diverses inscrites dans leurs cahiers de charges.

« Nous nous inscrivons dans la droite ligne du projet ASToN pour nous mettre nous-mêmes au pas dans l’utilisation de l’outil informatique afin d’être utiles aux usagers et à l’administration avec plus d’efficacité et de rapidité. L’utilisation des logiciels de gestion informatique notamment Office, Indesign et autres sont au menu de cet atelier qui ne sera pas de courte durée », a expliqué le coordonnateur local du projet ASToN, le conseiller communal, Farid Salako.

« Nous sommes à l’étape de la collecte des données et il faudrait que chaque membre soit apte à analyser les données par le biais de manipulations sur des fichiers Excell, sur Microsoft office… De même, nous allons dérouler des modules dans l’organisation et la participation aux réunions et autres activités par visioconférence. L’expérience de la Covid-19 nous a appris à le faire mais nous devons tous maîtriser véritablement cela afin d’en faire une exploitation judicieuse dans le cadre du projet ASToN », a conclu Farid Salako.

Le premier adjoint au maire de Sèmè-Podji, Timothée Gbèdiga n’a pas caché sa satisfaction après le démarrage de cet atelier exécuté par Raymond Agbété, formateur et consultant informatique .

« C’est une formation très intéressante. Cela nous permet de mieux connaître l’outil informatique et améliorer la gestion que nous en faisons pour en tirer les meilleurs travaux… Nous avons acquis beaucoup de nouvelles connaissances. C’est une formation qui est nécessaire pour les élus que nous sommes » a t-il ajouté.

Aussi présent, le secrétaire exécutif de la mairie de Sèmè-Podji, Patrice Lafia, est allé dans le même sens en relevant l’importance de cet atelier de renforcement de capacités.

« Nous voulons faire de Sèmè-Podji une commune numérique en matière de gestion domaniale. C’est pour cela que le maire, le secrétaire exécutif, les élus communaux, les agents administratifs et les populations ne ménagent aucun effort pour que cela soit une réalité. C’est ainsi que les différents acteurs du projet ASToN dans notre commune ont été invités à prendre part à cet atelier pour renforcer leurs capacités en matière de gestion informatique », a-t-il fait savoir.

Vivement que le projet soit celui d’une révolution inspirée des connaissances des outils URBACT au profit des citoyens de chaque pays.