Reddition de comptes à Sèmè-Podji : La gestion de l’eau potable au cœur des échanges.

0
67

Le maire de la commune de Sèmè-Podji, Jonas Sèdozan Gbènamèto a organisé le mardi 21 décembre dernier, comme l’exige la tradition régalienne, la seconde séance de reddition de comptes au titre de l’année 2021 qui s’achève. Placée sous le thème « La gestion de l’eau potable dans la commune de Sèmè-Podji », ladite séance a permis à l’autorité communale de renseigner ses populations sur le fonctionnement de l’or bleu dans la localité qu’elle dirige.

« Le développement de la commune de Sèmè-Podji nous concerne tous. Alors nous devons rendre compte aux filles et fils sur la situation générale de l’eau potable dans la localité qui est la nôtre ». Tels ont été les propos du maire Jonas Sèdozan Gbènamèto à l’ouverture officielle de la rencontre.

Dans leur exposé, les porte-paroles du service technique de la mairie de Sèmè-Podji, Aristide Adouhouékonou et Ambroise Gbèdan ont expliqué aux participants la gestion de l’or bleu dans les six arrondissements que compte ladite commune. De la réalisation des ouvrages à la gestion de l’eau en passant par son point financier sans oublier les difficultés auxquelles est confrontée la commune de Sèmè-Podji, lesdits techniciens ont aussi fait part des activités envisagées dans le domaine de l’eau.

         Réalisation des ouvrages

La fourniture et la distribution de l’eau potable dans la commune de Sèmè-Podji sont assurées par trois types de systèmes. Il s’agit du système d’Adduction d’Eau Villageoise (AEV), celui de la SONEB et le système de Forage de Pompe à Motricité humaine (FPM).

         La gestion de l’eau potable

Depuis 2013, la commune de Sèmè-Podji a opté (délibération du conseil) pour le mode de gestion « commune-fermier ». L’agence de la SONEB quant à elle fournit directement de l’eau potable aux ménages des zones urbaines. Mais pour les autres localités non loties, elle apporte le liquide précieux à la commune pour sa distribution par des compteurs totalisateurs à partir desquels les installations de la commune commencent. C’est par ce compteur que la SONEB calcule la quantité d’eau consommée par mois en y ajoutant la TVA et les frais d’entretien. Le prix de cession du mètre cube d’eau à la SONEB est d’environ 500 FCFA. La population à son tour se ravitaille en eau chez les gestionnaires au prix de 700 FCFA le mètre cube à la bonne fontaine et à 750 FCFA au branchement particulier.

       Difficultés

L’approvisionnement en eau potable dans la commune de Sèmè-Podji connaît des difficultés. Il s’agit de l’inadéquation entre les installations et la morphologie de Sèmè-Podji ; des casses répétées de tuyaux occasionnant d’importantes pertes d’eau ; la prolifération des PEA privés dans ladite commune ; le coût élevé de l’eau (700 f à la BD et 750 au BP) ; le non-paiement des frais de consommation d’eau  par les populations et la non autonomisation de la commune en matière de production d’eau potable.

Au regard de tout ce qui précède, l’édile de Sèmè-Podji, dans ses interventions, a signalé que la gestion de la distribution de l’eau par les AEV a été défaillante occasionnant une dette de plus de 37.000.000 FCFA à verser à la SONEB. Ayant pris la situation en main puisque toutes ces AEV sont de nos jours coupées par la SONEB notamment dans les localités de Yagbé, Kétonou, Djèrègbé (en partie), Aholouyèmè, Tohouè, Gbakpodji, Tchonvi et Sèmè-Okoun a martelé Jonas Gbènamèto, le conseil communal de Sèmè-Podji a déjà payé plus de 10.000.000 FCFA dans ladite dette au grand bonheur des populations. En perspective, a conclu l’autorité communale, plusieurs activités sont envisagées dans le domaine de l’eau. On peut, entre autres, citer la réhabilitation de l’AEV de Tchonvi-gbakpodji-tohouè ; l’accompagnement des fermiers régionaux pour une meilleure couverture ; le recrutement de nouveaux fermiers pour la mise en service des réseaux d’eau en attendant la mise en place des fermiers régionaux de l’état.

À cette rencontre de reddition de comptes, la deuxième au titre de l’année 2021,il faut signaler la présence du premier adjoint au maire, Timothée Gbèdiga, des chefs d’arrondissements, conseillers communaux, chefs de villages, cadres et chefs des services déconcentrés. Ajoutons à cette catégorie de personnalités la participation active des têtes couronnées, sages, chefs religieux sans oublier des femmes et hommes venus des six arrondissements de la commune de Sèmè-Podji.