1ère édition de la fête identitaire Kétonouxwé à Sèmé-Podji :le Maire Honfo aux côtés de ses parents

0
9

(Il dit  »Non » à la politisation de cette fête)

Aux côtés de ses parents Kétonou, cet après-midi du 18 août 2019, dans le village Kétonou dans l’arrondissement d’Aholouyèmè, le Maire Charlemagne Honfo de Sèmé-Podji, a rehaussé l’éclat de la première édition de la fête identitaire  »Kétonouxwé ».

Accompagnée d’une forte délégation composée du deuxième adjoint au maire, Bernard Houngbo, et des conseillers communaux, l’autorité communale est allée soutenir sa famille maternelle, ses frères et soeurs.

Après avoir salué la tenue de cette fête, qui ne vise que l’union de ses fils et filles, le Maire Charlemagne a invité les uns et les autres à vivre dans la solidarité et la fraternité. Toute chose qui va concourir à la pérennisation de cette fête. Il a, pour finir, exhorté ses parents à ne pas politiser la fête.

A la prochaine quinzaine pour deux autres grandes fêtes toujours dans la commune de Sèmé-Podji. Celle de Tolikunkanxwé et de Lokokoukoumèxwé.

Lire sa déclaration…

 »Mes impressions à de pareils moments, ne peuvent qu’être des impressions de joie et de très grande satisfaction, parce que c’est une fête identitaire, parce que moi même, je suis de Kétonou, et ma grand-mère est de Kétonou. Mes grands parents sont de la maison. Beaucoup de similitudes, de traits et d’histoires, me lient à ce peuple. Ce peuple Xwla qui d’ailleurs, doit continuer d’écrire son histoire. Donc, mon impression est une impression de joie tout court. Je n’ai aucun doute parlant des potentialités dont regorge le village Kétonou, je n’ai pas de doute parce que, ce sont des gens valeureux, femme comme homme, ce sont des gens biens. Ils savent démarquer toute chose qui peut donc diviser. Pour pérenniser cette fête, c’est d’avoir deux postures. La première, c’est de dépolitiser totalement la fête. Et deuxièmement, c’est de se ressourcer, d’aller au début de ce qui a conduit à cette fête. Également, de voir que, plus on est ensemble, plus on est fort. Car, l’homme prit individuellement ne vaut rien, mais collectivement, est une ressource. Donc ma foi, ces deux éléments réunis, pourront permettre à cette fête, de se départir de la politique et d’aller même au-delà ».