Atelier de sensibilisation sur les enjeux domaniaux : Sèmè-Podji en route pour la numérisation du foncier.

0
22

De nouvelles perspectives s’annoncent pour les filles, fils et acquéreurs de parcelles de la commune de Sèmè-Podji. Sous l’égide de Noël Fonton, deuxième adjoint au maire de la localité où Jonas Gbènamèto est le maire a eu lieu le vendredi 18 décembre 2020 un atelier de sensibilisation sur les enjeux du foncier. Cet atelier a pour thème : Numérisation et sécurité du foncier assurées. C’est une initiative de African Smart Towns Network (ASToN) et financée par l’Agence Française de Développement (AFD) qui vise à mettre fin aux conflits domaniaux observés dans ladite commune.

Malgré les efforts du pouvoir central à réduire les conflits domaniaux, la majorité de la population béninoise vit encore les affres en ce qui concerne le titre de propriété. Ce qui engendre l’insécurité. Et c’est pour inverser cette tendance que la ville de Sèmè-Podji en partenariat avec ASToN a opté pour la numérisation de la gestion de son système foncier. Cette contribution de ASToN fait suite à un appel lancé aux villes africaines.

Et c’est dans le cadre de ce projet relatif à la transition numérique pour des villes africaines durables et inclusives qu’un atelier a été organisé par les membres communaux dudit projet.

Présents à ces échanges, les participants (organisations de la société civile, fonctionnaires de la police républicaine, têtes couronnées, responsables religieux, conseillers communaux et locaux…) ont eu droit aux explications qui ouvriront la commune de Sèmè-Podji sur une ère nouvelle.

Dans ses propos après avoir dévoilé le thème de la rencontre, le deuxième adjoint au maire de Sèmè-Podji, Noël Fonton a souligné que la numérisation de tous les documents domaniaux facilitera non seulement le travail en réseau mais aussi le traitement des dossiers. Mieux, a-t-il poursuivi, la numérisation du foncier dans la commune de Sèmè-Podji et précisément au niveau de son administration s’inscrit au-delà de la simple organisation digitale du service domanial.

Abondant dans le même sens, le coordonnateur du point focal ASToN/Sèmè-Podji, Landry Ahomadikpohou d’ajouter que la mise en œuvre de ce projet impactera beaucoup d’autres secteurs qui pourront être améliorés notamment la fiscalité ainsi que l’accès aux services de base.

Très séduits par ce projet qui regroupe douze villes africaines, les participants à cet atelier auquel a pris aussi part la représentante du directeur général de l’agence nationale du domaine et du foncier, Clémentine Dohou ont manifesté leur joie. Ils sont tous convaincus qu’une parcelle et un propriétaire identifiés est un gage de développement endogène.

Parlant de ces 12 villes sélectionnées par l’AFD et URBACT après un appel lancé en 2018, on peut citer : Alger (Algérie) ; Bamako (Mali) ; Ben Guérir (Maroc) ; Bizerte (Tunisie) ; Kampala (Ouganda) ; Kigali (Rwanda) ; Kumassi (Ghana) ; Lagos (Nigéria) ; Maputo-Matola (Mozambique) ; Niamey (Niger) ; Nouakchatt (Mauritanie) et Sèmè-Podji.

Vivement que la réalisation de ce projet serve de référence pour l’adressage de la ville de Sèmè-Podji.